Anxiété et dépression chez les patients post-COVID

Anxiété et dépression chez les patients post-COVID

Date de publication: 15-09-2021

Mise à jour le: 01-03-2023

Sujet: Covid-19

Temps de lecture estimé: 1 min

Une étude de San Raffaele montre pour la première fois les répercussions à moyen terme que COVID-19 peut laisser sur les patients d'un point de vue psychiatrique

Une étude publiée dans une revue scientifique Brain, Behavior and Immunity et coordonnée par le professeur Francesco Benedetti, psychiatre et chef de groupe de l'unité de recherche en psychiatrie et psychobiologie clinique, a décrit et rapporté les conséquences du COVID-19 au niveau psychiatrique, comme le syndrome de stress post-traumatique, l'anxiété, l'insomnie et la dépression.

"Il est immédiatement apparu que l'inflammation provoquée par la maladie pouvait également avoir des répercussions sur le plan psychiatrique. En effet, les états inflammatoires (également à la suite d'infections virales) peuvent constituer des facteurs de risque pour diverses pathologies, en particulier la dépression", explique le professeur Benedetti.

Étude de l'hôpital San Raffaele

L'étude a été menée sur 402 patients (265 hommes et 137 femmes) dans la clinique de suivi post-COVID-19 (FU) que San Raffaele a activé en mai.

Sur la base d'entretiens cliniques et de questionnaires d'auto-évaluation, les symptômes psychiatriques des patients du COVID-19 ont été examinés à un mois de suivi, après le traitement hospitalier. Parmi eux, environ 300 avaient été hospitalisés à San Raffaele et 100 recevaient un traitement à domicile.

Résultats de l'étude

Dans l'ensemble, l'état des patients ayant déjà fait l'objet d'un diagnostic psychiatrique s'est aggravé ; 56 % des participants à l'étude ont connu au moins un de ces troubles, proportionnellement à la gravité de l'inflammation au cours de la maladie:

  • trouble de stress post-traumatique dans 28 % des cas ;
  • dépression dans 31 % des cas
  • anxiété dans 42 % des cas
  • insomnie dans 40 % des cas ;
  • symptômes obsessionnels compulsifs dans 20 % des cas.

Covid-19 et le sexe

Parmi ceux qui n'avaient jamais été touchés par cette maladie, ce sont surtout les femmes qui ont le plus souffert d'anxiété et de dépression, malgré la moindre gravité de l'infection.

"Cela confirme ce que nous savions déjà : les femmes ont une plus grande prédisposition à développer des troubles anxio-dépressifs. Cela nous amène à émettre l'hypothèse que cette plus grande vulnérabilité pourrait également être due à un fonctionnement différent du système immunitaire dans ses composantes innées et adaptatives", commente Benedetti.

Effets psychiatriques et isolement social

Des répercussions psychiatriques moins graves ont été constatées chez les patients hospitalisés que chez les patients ambulatoires. D'où l'importance du soutien sanitaire pour diminuer l'isolement social et la solitude caractéristiques de la pandémie.

En général, les conséquences psychiatriques du COVID-19 peuvent être causées à la fois par la réponse immunitaire au virus lui-même, et par des facteurs de stress psychologiques tels que l'isolement social, la crainte d'infecter les autres et les préjugés sociaux.

Effets à long terme : le but de la recherche

"Cette étude est la première d'une longue série qui vise à étudier l'impact psychopathologique de COVID-19. Le prochain objectif est d'approfondir la recherche sur les bio-marqueurs de l'inflammation afin de diagnostiquer les conditions pathologiques émergentes et de les suivre dans le temps. En fait, grâce à la création d'une bio-banque dès les premiers jours de l'épidémie, nous disposons des informations cliniques et du matériel biologique des patients hospitalisés et traités dans notre hôpital", conclut Francesco Benedetti.

Lire les autres

Covid-19
27-08-2021

Troubles mentaux et mortalité covid-19

Covid-19
14-08-2021

ARN polymérase : la "photocopieuse négligente" du SARS-COV-2

Covid-19
07-08-2021

Biologie structurale du SARS-CoV-2 : cristallographie aux rayons X